Dossiers, La coopération à tous les niveaux

Sous l’eau aussi, l’union fait la force

Oui, je suis nu. La plupart des gens pensent que je fabrique une coquille comme les bigorneaux. Mais nous, les Bernard l’Hermite on occupe les coquilles vides que l’on trouve.

On a besoin des coquilles abandonnées pour se protéger des prédateurs. Quand elles deviennent trop petites, on se regroupe et on s’aligne du plus petit au plus grand pour échanger nos coquilles.

Ainsi, chaque Bernard l’Hermite trouve une coquille dans laquelle il est à l’aise.

Les comportements solidaires sont très courants sous l’eau.
Par exemple, les crabes “pom-pom girl” s’associent avec les anémones, en les utilisant comme gants de boxe.

Les anémones protègent le crabe des prédateurs grâce à leurs tentacules urticantes. En échange, l’anémone bénéficie des restes du repas du crabe.

Puis il y a aussi les stations de nettoyage, où la crevette d’Amboine mange les saletés présentes dans les branchies des poissons. Le poisson est propre et la crevette rassasiée. C’est gagnant-gagnant.

Il y a aussi les crevettes pistolets qui s’associent avec les gobies, des poissons. La crevette creuse leurs terriers et le gobie monte la garde pendant ce temps.

La crevette pistolet ne porte pas d’armes. Mais elle possède des pinces capables de se refermer à près de 72 km/h.

Et voilà, j’espère vous avoir convaincu. Sous la mer, c’est comme sur terre, l’union fait la force !

END

Par Paule-Emilie Ruy et Charlotte Cresson, JS 27 (ESJ Lille)

S’abonner

Retrouvez toute l’actualité de la science en Hauts-de-France directement dans votre boite mail

Je m’abonne

Commenter l’article

La Newsletter Sciences&Co !

Restez au courant de l’actu scientifique en Hauts de France

L’adresse de la page a été copiée dans le presse-papier.