COVID 19 : Le vrai du faux

Le Covid-19 : la perte d’odorat et de goût ?

Le Covid-19 : la perte d’odorat et de goût ?

Vous avez vu, sur Tiktok ou parfois Instagram ou plus rarement à la télé, ces personnes croquer sans broncher dans des oignons ?Et oui, Le Covid-19 peut provoquer, entre autres symptômes, l’altération ou la disparition du goût et/ou de l’odorat. Comment fait ce virus déclenche-t-il ce que l’on nomme anosmie et agueusie ?

Comment l’odorat est-il atteint ?

Dans le nez se trouvent des neurones olfactifs, cellules dont l’objectif est de récupérer et de transmettre une information. Ces neurones détectent les molécules odorantes, avant de transmettre l’information au bulbe olfactif. Comment le virus perturbe-t-il l’odorat ?

Pour entrer dans une cellule et s’y reproduire, le Covid-19 passe par les récepteurs ACE2. Les récepteurs sont des sortes de portes d’entrée dont les molécules ACE2 sont les clés. Mais les neurones olfactifs ne les possèdent pas, donc le virus ne peut les endommager directement. Par contre les cellules maintenant les neurones dites cellules de soutien possèdent celui-ci. La disparition de ces cellules entrainerait donc la dégradation des neurones. Les chercheurs ont d’ailleurs remarqué une perte de la muqueuse nasale, couche protectrice pour les neurones.

Pourquoi le goût est-il altéré ?

Le sens du goût souvent est associé aux papilles gustatives, les détecteurs du goût situé sur la langue. Mais il ne s’y limite pas. Avec celle-ci, on perçoit le sucré/salé, l’acide/amer et le moins connu umami, stimulé par le glutamate de sodium présent dans les viandes, fromage ou sauce soja. Prenons un exemple, quand on mange une fraise, elle a le goût de sucré et de fraise. Pourtant nous n’avons pas sur la langue de détecteur de goût fraise. Le goût est intimement relié à l’odorat. Oubliez la technique de grand-mère consistant à se boucher le nez pour faire passer les choux de Bruxelles et autres aliments étranges. Cela fonctionne autrement. Au moment où l’on mange les choux de Bruxelles ou la fraise, a lieu le phénomène de rétro-olfaction. Les arômes atteignent par le pharynx, la partie reliant les voies nasales, la bouche, le larynx et l’œsophage.

Ainsi la perte de goût est fortement liée à celle de l’odorat. Pourtant les patients voient leurs perceptions du salé, de l’acide, ou de l’amer perturbé. À ce jour, le mystère plane encore sur ce symptôme bien réel. Des pistes intéressantes sont envisagées pour l’expliquer. Mais le phénomène est encore mal compris par les scientifiques eux-mêmes.

La science, ça prend du temps

Ce virus reste récent à l’échelle de la science. Beaucoup de scientifiques travaillent pour mieux le comprendre et nous soigner. Mais comme la recherche prend du temps, il faut s’armer de patience pour saisir son action sur l’organisme.

Photo : Inserm Image

Légende : Coronavirus SARS-CoV-2 responsable de la maladie COVID-19 observé en gros plan à la surface d’une cellule épithéliale respiratoire humaine

S’abonner

Retrouvez toute l’actualité de la science en Hauts-de-France directement dans votre boite mail

Je m’abonne

Commenter l’article

La Newsletter Sciences&Co !

Restez au courant de l’actu scientifique en Hauts de France

L’adresse de la page a été copiée dans le presse-papier.